Bien choisir son masque de ski, c’est important. En effet, c’est lui qui va protéger vos yeux du vent, des projections, mais aussi et surtout des rayons lumineux. Comme pour les lunettes de soleil, le degré de protection au rayonnement solaire des masques de ski est classé en catégories. Mais quelle catégorie de masque de ski choisir en fonction des conditions météo ? La réponse dans cet article…

Le masque de ski : protéger vos yeux des UV et de la lumière

En fonction de la météo, la neige peut réfléchir jusqu’à 90 % des rayons ultraviolets. Si cette réverbération provoque une sensation désagréable pour vos yeux, elle peut également s’avérer dangereuse. Elle est susceptible de provoquer ce que l’on appelle une ophtalmie des neiges. Il s’agit d’une affection très douloureuse de la cornée qui se manifeste par des yeux rouges, larmoyants et une impression de sable dans les yeux.

Pour éviter cela, le masque de ski est une protection redoutablement efficace, mais encore faut-il choisir le bon !

Pour savoir si votre masque de ski vous protège efficacement contre les UV, celui-ci doit être porteur de la norme EN 174. Cette dernière garantit une protection contre 100 % des rayons ultraviolets nocifs pour vos yeux.

catégories_masque_de_ski_Cyrius_07337©Jeremy bernard

Quelle catégorie de masque de ski choisir ?

Le masque de ski n’est pas fait uniquement pour vous protéger des rayonnements UV. Il sert aussi à vous garantir une visibilité optimale sur les pistes (ou hors des pistes). Pour cela, il existe différentes catégories de masques de ski qui correspondent aux niveaux de protection contre la lumière visible.

Le taux de transmission de la lumière visible (VLT en anglais) est le pourcentage de lumière que va laisser passer l’écran de votre masque. Il s’agit d’une protection complémentaire permettant de garantir votre confort visuel.

Catégorie 0

Cette catégorie correspond à des verres non teintés qui vont laisser passer plus de 80 % des rayons lumineux. Nous vous déconseillons fortement d’utiliser ces masques en journée. Ils sont à réserver pour des sorties nocturnes.

Catégorie 1

Les masques de catégorie 1 ont une teinte faible qui permet de laisser passer entre 80 % et 43 % de la lumière visible. C’est la catégorie à privilégier quand la luminosité est minimale : bancs de brouillard, forte couverture nuageuse…

Catégorie 2

Ces écrans laissent passer 43 % à 18 % de la lumière. Vous pouvez les porter par temps nuageux ou légèrement couvert.

catégories_masque_de_ski_Globe©Marc daviet-345
catégories_masque_de_ski_Aerospace_Mathieu Navillod©Marc daviet-640

Catégorie 3

C’est la catégorie de masques de ski que l’on rencontre le plus fréquemment. Ils possèdent une teinte sombre qui ne laisse passer que 18 % à 8 % de la lumière visible. Ils sont efficaces pour protéger ses yeux en cas de luminosité élevée.

Catégorie 4

Ces masques de ski sont plutôt à réserver pour les sorties à très haute altitude où la luminosité est maximale. Leur teinte très sombre laisse passer moins de 8 % de la lumière.

Catégories de masques de ski : récapitulatif

Vous l’aurez compris, vous devrez adapter votre choix de masque de ski en fonction des conditions de luminosité dans lesquelles vous skiez.

Plus la lumière visible est intense, plus il faudra opter pour une catégorie de masque à fort indice de protection. Par temps couvert, il s’agira plutôt des catégories 1 et 2. Dès que le soleil pointe le bout de son nez, des masques de catégorie 3 sont très fortement recommandés. Les masques de ski de catégorie 0 ou 4 sont assez rarement utilisés car réservés à des utilisations particulières.

Vous pouvez donc opter pour l’achat de plusieurs masques de ski qui vous serviront en fonction de la météo, ou d’un seul masque avec écran interchangeable. Il s’agit de masques qui disposent d’un écran amovible que l’on enlève et que l’on remet à l’aide de clips, de leviers ou même d’aimants.

catégories_masque_de_ski_

Focus sur les masques de ski photochromiques

Adapter l’indice de protection de son masque de ski à la lumière ambiante signifie bien souvent qu’il faut emporter avec soi plusieurs masques ou plusieurs écrans. Un que l’on porte lorsque le temps est couvert, et un autre lorsque la météo est plus ensoleillée.

Pour éviter cela, sachez qu’il existe également des masques de ski photochromiques. Leur écran est conçu pour s’adapter aux variations de luminosité.

Les verres sont équipés d’une technologie leur permettant de changer de teinte et de passer en quelques minutes de passer d’une catégorie de protection à l’autre. Certains masques peuvent couvrir jusqu’à 3 catégories de protection.

Bien qu’ils soient très pratiques, ces masques restent plus onéreux que ceux équipés de verres classiques.

catégories_masque_de_ski_Aerospace-Mathieu Navillod©Marc Daviet-317

Quid des masques de ski avec écran polarisé ?

Les masques à écran polarisé sont très utiles pour éviter l’éblouissement provoqué par la lumière indirecte. Autrement dit, ils diminuent la réverbération du soleil sur la neige… Une fonction primordiale en ski ou en snowboard ! Toutefois, avec ce type d’écran, les plaques de verglas sont moins facilement visibles.

Il existe cependant des masques de ski, comme ceux de la marque JULBO, dotés d’une technologie spécifique pour limiter cet inconvénient. Le filtre Glare Control de JULBO permet par exemple de ne polariser qu’une partie des rayons lumineux pour permettre une lecture facile du terrain quelle que soit la météo.

3 points à retenir concernant les catégories de masques de ski

  1. Assurez-vous que votre masque de ski réponde à la norme EN 174 pour bénéficier d’une protection anti-UV efficace.
  2. Pour choisir la bonne catégorie de masque de ski, l’élément le plus important à prendre en compte est celui de la luminosité ambiante.
  3. Afin de vous éviter d’acheter plusieurs masques de différentes catégories, vous pouvez opter pour un masque de ski à écran interchangeable ou photochromique.