Cela ne vous viendrait jamais à l’esprit de partir à la montagne sans un masque ou des lunettes de soleil de ski ? Heureusement, car non seulement ils vous permettent de skier sans être ébloui, mais ils représentent en plus une protection essentielle pour vos yeux. Suivez nos conseils pour bien choisir votre monture de lunettes de ski ou votre masque, qui vous accompagnera sur les pistes.

L’importance de protéger ses yeux en montagne

Vous avez forcément remarqué qu’à la montagne, la luminosité est plus éblouissante qu’en ville. Cela est dû à la neige qui, si elle nous permet de passer de bonnes vacances aux sports d’hiver, réfléchit également 80 à 90 % des rayons lumineux. Si l’on ajoute à cela le fait que la puissance des rayons UV augmente d’environ 10 % à chaque fois que l’on monte de 1 000 mètres, il est très facile de comprendre pourquoi il est obligatoire de porter un masque de ski ou des lunettes. Cela ajoute bien évidemment à votre confort, mais c’est également le seul moyen de se protéger des graves dommages que peuvent provoquer les UV comme des brûlures de la conjonctive ou de la cornée, ou l’ophtalmie des neiges.

Mais ce n’est pas là leur seul rôle puisque les masques de ski et lunettes de soleil offrent également une meilleure appréhension du relief. En effet, la forte luminosité, la réverbération ou le brouillard ont tendance à lisser le paysage. Petites bosses et plaques de verglas sont gommées et c’est alors la chute assurée. Les masques de ski permettent de corriger cela et d’anticiper ces obstacles. Enfin, les lunettes de ski sont aussi de parfaits boucliers pour protéger vos yeux du froid, du vent et d’éventuels cailloux ou pointes de bâtons qui pourraient malencontreusement croiser votre chemin.

La protection, critère essentiel pour choisir son masque de ski

Avant de choisir son masque de ski ou ses lunettes de soleil de montagne, il faut savoir qu’il existe 5 catégories de protection :

  • Catégorie 0 : cette classe laisse passer 80 % de la lumière visible. Pour les sports de glisse, les masques de ski catégorie 0 constituent un bouclier physique qui n’est utilisé qu’à l’occasion des sorties nocturnes.
  • Catégorie 1 : réservés au temps nuageux ou au brouillard, ces verres absorbent 20 à 57 % de la lumière visible.
  • Catégorie 2 : seulement 43 à 18 % de la lumière visible traversent ces verres. Ils conviennent à un usage par une luminosité moyenne (temps nuageux). Un minimum de 82 % d’UVA et de 98,2 % d’UVB sont également bloqués.
  • Catégorie 3 : 82 à 92 % de la lumière est absorbée. Avec leur teinte sombre, ce sont les verres que l’on retrouve le plus souvent sur les masques de ski. Ils conviennent même lors des journées très ensoleillées. Pour ce qui est de la protection des rayons du soleil, ils affichent des pourcentages d’absorption de 96 % pour les UVA et 99,2 % pour les UVB.
  • Catégorie 4 : un maximum de 8 % de la lumière ambiante pourra traverser ces verres à privilégier pour les journées en haute altitude et particulièrement sur glacier. Leur absorption des UVA s’élève à 98,5 % et celle des UVB est de 99,7 %.

Quels verres choisir ? Traitement photochromique ou polarisé ?

Les conditions météorologiques sont très variables en montagne et, à moins de skier tous les jours de l’année, on achète rarement un masque de chaque catégorie de protection. Pour coller au mieux à vos besoins, les verres subissent donc des traitements pour vous accompagner sur le domaine par tout temps. Vous pourrez ainsi choisir entre des verres :

  • Photochromiques : ces verres s’adaptent automatiquement à la luminosité et peuvent couvrir 2, voire 3 catégories de protection. Le temps de réaction est plus ou moins long selon les modèles, mais cette qualité est tellement intéressante que l’on peut bien faire preuve d’un peu de patience.
  • Polarisés : ce traitement permet de lutter efficacement contre l’éblouissement qui, à la montagne, est particulièrement important à cause de la réverbération sur la neige. Ces verres sont surtout utiles lorsque le soleil brille fort. Ils améliorent alors nettement le confort visuel.

Sachez par ailleurs qu’il existe des masques de ski combinant ces deux traitements.

Quelle couleur de verre choisir ?

Les masques et lunettes de ski se déclinent en plusieurs couleurs et cela n’a rien à voir avec une considération esthétique. En effet, s’il existe des verres de différentes teintes c’est parce que chacune d’elles apporte une meilleure acuité visuelle selon les conditions météorologiques.

Les verres jaunes, roses ou orangés permettront d’accentuer les reliefs en cas de brouillard. Si le temps se lève et que le soleil réapparaît, les verres jaunes ne pourraient en revanche plus être suffisants pour filtrer la luminosité ambiante. Pour skier sous un ciel bleu, préférez des verres bruns ou gris, ces derniers étant ceux qui modifient le moins les couleurs.

Bon à savoir : et pourquoi pas un masque à écrans interchangeables ?
Pour adapter votre équipement à toutes les situations, vous pourrez également choisir un masque de ski doté de plusieurs écrans. Pour faciliter le changement, choisissez un modèle sans monture et à écrans magnétiques.

Choisir la bonne monture pour son masque de ski ou ses lunettes de soleil

Commençons par les lunettes de ski. Leur monture doit être galbée pour épouser au mieux les formes de votre visage. Pour bloquer les rayonnements latéraux et les assauts du froid, préférez un modèle enveloppant avec, pourquoi pas, des coques. Pour pouvoir porter vos lunettes de soleil aussi bien dans les rues de la station que sous votre casque, choisissez des branches droites ou réglables qui vous assureront une bonne tenue. Pour les masques de ski, il y a un peu plus de choix.

Les montures cylindriques

Elles suivent un axe horizontal pour offrir une courbure ergonomique. L’écran reste plat ce qui permet de très peu déformer l’image. Son champ de vision est tout à fait adapté à une utilisation sur pistes. C’est dans cette catégorie que l’on retrouve les masques les plus abordables.

La monture sphérique

Cette fois-ci le masque est courbé à l’horizontale comme à la verticale. L’écran est bombé, ce qui lui permet de s’adapter à la forme de la rétine. Une légère distorsion de l’image peut apparaître sur les angles extérieurs. Le champ de vision est élargi et la perception des reliefs améliorée ; deux spécificités qui seront particulièrement appréciées des freeriders.

Montures OTG

OTG signifie « Over the Glasses ». Ces masques sont donc destinés aux personnes portant déjà des lunettes. Ces montures sont travaillées pour offrir une plus grande profondeur, prévenir la formation de buée, et éviter les irritations dues à la compression des branches de lunettes contre les oreilles.

Les masques sans monture

Rien de magique là-dedans, c’est juste que la monture ne constitue plus un cadre imposant, mais disparaît derrière l’écran (ou se fait très discrète sur les contours). En freeride, cela permet de ne pas se retrouver avec de la poudreuse tout autour de son masque. C’est également la monture de prédilection pour les masques à écrans interchangeables.

Masques de ski : n’oubliez pas le confort !

Vous allez devoir garder votre masque de ski sur le nez pendant de longues heures, assurez-vous donc qu’il vous apporte tout le confort nécessaire en vérifiant les points suivants :

  • La mousse : votre monture est enveloppée d’une mousse de protection. C’est cette dernière qui sera en contact avec votre peau. Il est donc important de choisir une matière qui n’est pas irritante. Simple, double ou triple densité : plus elle sera épaisse, plus elle sera confortable et absorbera mieux les chocs.
  • Le traitement des verres : outre le choix entre des modèles photochromiques ou polarisés, un traitement anti-rayures vous permettra de profiter plus longtemps des qualités de votre écran ou de vos lunettes de soleil.
  • La taille : pour allier confort et efficacité, votre masque de ski doit être à votre taille et parfaitement épouser les contours de votre visage. Vous trouverez ainsi des masques spécialement conçus pour les différents types de visages (fins ou larges). Un strap large permettra un maintien optimal. Enfin, n’oubliez pas de vérifier que la taille de votre masque est compatible avec votre casque, et que l’un comme l’autre reste confortable une fois que vous les portez ensemble.
  • Le matériau utilisé pour les verres : différents matériaux sont utilisés pour la fabrication des verres des masques de ski et lunettes de soleil. Un verre minéral résistera bien aux rayures, mais sera plus lourd et plus fragile. Le verre organique (polycarbonate) est très léger, ce qui le rend bien plus confortable. Il est par ailleurs très résistant. Quant aux verres NXT, ils vous offriront un confort visuel parfait, une bonne résistance aux chocs, et ils affichent un poids plume.

Comment lutter contre la buée ?

Passages en plein vent, coup de chaud dans une descente intense, soudaine baisse d’activité en faisant la queue au télésiège : toutes ces variations de température sont un terrain béni pour la condensation. Pour éviter la formation de la buée sur votre masque de ski ou vos lunettes, vous avez 3 solutions.

Un traitement antibuée

Que vous ayez opté pour un masque ou des lunettes de soleil, c’est LE traitement dont vous ne sauriez vous passer.Qu’il s’agisse d’un revêtement spécial ou d’une technologie qui absorbe l’humidité : chaque firme a sa recette et les résultats sont équivalents.

Choisir un masque double écran

Oui, les masques à écran simple offrent une moindre distorsion de l’image, mais ils sont particulièrement sensibles à la condensation. Grâce à l’air emprisonné entre ses deux parois, l’intérieur du masque double écran est isolé du froid extérieur et la chaleur du visage ne crée alors aucune condensation. Vous pourrez observer une légère distorsion de l’image.

Opter pour une bonne ventilation

Pour assurer leur fonction de bouclier, les lunettes de ski se doivent d’être enveloppantes. Impossible donc d’induire une certaine ventilation en optant pour une monture qui laisserait l’air circuler sur le haut des joues, cela impliquerait que beaucoup trop de lumière passe.

En revanche, pour les masques, la présence d’une ventilation passive sur le haut de l’écran est monnaie courante. Cela permet de faire circuler de l’air frais en permanence et d’éviter la formation de buée. Certaines marques sont même allées plus loin et ont intégré à leurs masques des micro-ventilateurs réglables pour suivre l’intensité de vos efforts. Cela peut faire sourire, mais c’est une option particulièrement appréciable sur les montures OTG.

Porter un masque de ski ou des lunettes de soleil n’est pas qu’une question de style, il en va de la sécurité de vos yeux. Luminosité intense, réverbération, conditions météorologiques hostiles et projectiles seront autant de dangers dont ils vous mettront à l’abri. Si l’on porte souvent un masque pour arpenter les pistes, il est tout à fait possible de choisir des lunettes de soleil si vous trouvez cela plus confortable. Le principal est de choisir une catégorie de protection adaptée à la montagne et de les ôter le plus rarement possible.

Les trois points-clés pour bien choisir sa monture de lunettes de ski ou son masque :

  • S’il existe différentes catégories de protection pour les verres de masques de ski et de lunettes de soleil, pour les sports de glisse, les classes 3 et 4 sont les plus utilisées.
  • Pour lutter contre une luminosité excessive et l’éblouissement, les verres peuvent être photochromiques et/ou polarisés.
  • Les différents types de montures de masques de ski vous permettront de trouver un modèle qui correspond à vos besoins et à votre goût. Mais pour ce qui est des lunettes de soleil de ski, il n’y a qu’un type de monture qui assure une protection efficace à la montagne.
5.0
01