Sport complet qui se pratique en salle ou en plein air, l’escalade permet de développer son endurance, sa force et sa concentration. Pour faire le plein de sensations fortes tout en s’assurant une pratique sécurisée, le choix de l’équipement d’escalade est crucial. Chaussons, baudrier, dégaine, mousquetons et cordes d’escalade : nous vous guidons dans les spécificités techniques de cette discipline pour trouver le matériel qu’il vous faut.

 

Allier sécurité et technicité en escalade

 

En salle, sur falaise, sur bloc ou en grandes voies, l’escalade est un sport physique qui demande une précision importante. Pour que vos ascensions allient confort et sécurité, vous aurez besoin d’un équipement très technique dont les 4 points cardinaux seront :

 

Comment bien choisir ses chaussons d’escalade ?

 

Les chaussons sont essentiels pour une pratique confortable et performante. Le premier critère qui va vous permettre de choisir la bonne paire est votre pratique :

  • Falaise/grandes voies : pour des ascensions verticales, préférez un chausson rigide doté d’un laçage sur la majeure partie du coup de pied pour un parfait maintien et une meilleure précision. Si vous pratiquez plutôt sur des dévers, vous serez plus à l’aise avec un modèle souple qui vous laissera une plus grande liberté de mouvement.
  • En salle : les prises étant en relief et offrant une surface assez large, vous n’aurez pas besoin de chaussons précis, misez donc sur le confort.
  • Bloc : les caractéristiques de vos chaussons dépendront du site sur lequel vous évoluerez. Les blocs de granit présentent ainsi souvent des réglettes qui seront plus faciles à appréhender avec des chaussons rigides. Au contraire, les prises rondes du grès exigent des chaussons d’escalade souples pour une meilleure utilisation des talons.

Question confort, vous trouverez deux designs de chaussons : ceux avec une pointe sur le gros orteil et ceux avec une pointe sur le deuxième. Vous devrez donc choisir un modèle qui correspond à la morphologie de votre pied. Pour grimper confortablement, vos chaussons devront être ajustés au maximum sans vous serrer. Par ailleurs, notez que pour l’escalade en grandes voies, les personnes ayant les pieds sensibles ou soumis à des gonflements en fin de journée pourront tout de même se permettre de choisir une paire d’une demi-pointure au-dessus de la leur.

 

Les autres caractéristiques techniques auxquelles vous devrez faire attention pour choisir vos chaussons :

  • La gomme : d’elle dépend l’adhérence de vos chaussons. Si elle est trop molle, elle aura tendance à se déformer. Trop rigide, elle adhérera pas.
  • Le serrage : la manière dont vous fermerez vos chaussons d’escalade aura également une incidence sur leurs performances. À lacets, ils offriront un bon maintien et donc une précision optimale. Les scratchs sont faciles à enfiler et à ôter. Quant aux modèles façon ballerines, ils sont simples à mettre et, grâce à leur élastique, ils s’adaptent à de nombreuses situations.

 

Quel baudrier d’escalade pour quelle pratique ?

 

Le baudrier est l’élément qui va vous relier à vos cordes d’escalade. Il comprend 4 parties : la ceinture, les sangles des cuisses, le pontet et les porte-matériels. Pour assurer votre sécurité et votre confort, votre baudrier pourra être :

  • Réglable grâce à des boucles au niveau de la ceinture. C’est le modèle à privilégier pour pratiquer l’escalade en hiver comme en été puisque vous pourrez le régler selon l’épaisseur des vêtements.
  • Ajustable sur quelques centimètres à la taille et aux cuisses. Lourd, il est cependant très confortable.
  • Non réglable pour les grimpeurs à la recherche d’un équipement léger et qui sont prêts à sacrifier un peu de leur confort. Il est doté de sangles élastiques au niveau des cuisses qui sont très pratiques.

Pour faire votre choix de baudrier, vous devrez vous pencher sur votre pratique. En grandes voies et en falaise, il vous faudra un baudrier à sangles doublées ou larges pour vous assurer un maximum de confort pendant plusieurs heures. Vous aurez beaucoup d’équipement à emporter avec vous, pensez donc à choisir un modèle avec porte-matériel et passants.

En salle, les sessions ne sont pas si longues, vous pouvez donc vous permettre de choisir un baudrier réglable ou ajustable qui sera confortable, mais lourd, ou sacrifier votre bien-être pendant quelques heures et opter pour un modèle léger.

 

 

Quelles cordes d’escalade pour votre pratique ?

 

Avant de choisir vos cordes, sachez qu’il en existe de trois différents types :

  • La corde à simple : elle ne compte qu’un brin. On l’utilise principalement en salle ou pour l’escalade sportive. Son diamètre varie, et pour débuter il vaut mieux s’orienter vers les modèles qui en ont un important.
  • La corde à double : deux brins de cordes de deux couleurs sont associés. On utilise ces cordes d’escalade pour limiter le tirage ou comme sécurité en cas de rupture d’un des brins. C’est le modèle à privilégier pour l’escalade en grandes voies ou en montagne qui nécessite parfois de faire des descentes en rappel.
  • La corde jumelée : encore une fois, on retrouve deux cordes d’escalade, mais cette fois-ci elles sont solidaires. On l’utilise surtout pour la randonnée.

 

 

Viendront ensuite les considérations techniques :

  • Longueur des cordes : vous devrez adapter la longueur de votre corde à votre pratique et à votre terrain. En salle ou en falaise, une corde de 40 à 50 mètres sera suffisante. Pour les parcours en grandes voies, vous trouverez des cordes à double pouvant mesurer jusqu’à 60 mètres. Enfin, pour l’escalade sportive, des cordes d’escalade d’une longueur comprise entre 70 et 80 mètres sont recommandées.
  • Le diamètre : plus celui des cordes est important, plus elles sont faciles à manier, résistantes, et assurent un freinage réactif. Cependant, elles peuvent vite devenir assez lourdes. Plus vous évoluerez dans votre pratique, plus vous irez vers des cordes d’escalade plus fines pour alléger votre équipement et gagner en performance. Mais avant de vous décider, penser à vérifier que votre corde est compatible avec votre assureur.
  • La force de choc : c’est une indication clé pour choisir ses cordes. Elle correspond à la force qui sera transmise à votre corps en cas de chute. Plus la force de choc est basse, plus la corde amortira la chute.
  • Le nombre de chutes : cet autre critère de sécurité permet de connaître le nombre de chutes violentes (facteur 1,77) que la corde pourra supporter. Pour être conformes, les cordes à simple doivent résister à 5 chutes successives pour une masse de 80 kg, tout comme les cordes à double, mais avec un poids de 55 kg sur un brin. Les cordes d’escalade jumelées sont, elles, testées pour affronter 12 chutes avec un poids de 80 kg.

 

Bon à savoir : quel poids pour les cordes d’escalade ?
Le poids d’une corde peut vite devenir un handicap en escalade. Pour vous repérer, sachez qu’il faut compter entre 40 et 50 g/mètre pour chaque brin d’une corde à double. Quant au poids des cordes à simple, il est compris entre 55 et 70 grammes par mètre.

 

Dégaine et mousquetons d’escalade : tout ce qu’il faut savoir

 

Il existe deux types de mousquetons : ceux de progression et ceux de sécurité. La dégaine d’escalade est, elle, composée de deux mousquetons de progression liés par une sangle. Durant le parcours, on accroche différentes dégaines entre la paroi et sa corde pour sécuriser l’ascension.

Les mousquetons de progression ont deux types de fermeture. À tube (ou à doigt plein), ils se détachent facilement des points d’ancrage. Les versions dites « à fil » sont légères et résistantes, et elles sont privilégiées pour les grandes voies.

Vous aurez ensuite le choix entre plusieurs formes de mousquetons :

  • À doigt droit : ce type de mousqueton de progression permet un ancrage facile au point d’assurage.
  • À doigt coudé : ce modèle de mousqueton de progression est conseillé pour accrocher sa corde.
  • Hms : ces mousquetons de sécurité ont une grande ouverture et peuvent ainsi accueillir deux cordes.
  • En D : on retrouve cette forme dans les mousquetons de sécurité. Ils sont résistants et sont conseillés pour l’assurage.
  • Symétrique : sa forme lui permet de se retourner si besoin, ce qui peut être très pratique pour un mousqueton de sécurité.

Les mousquetons d’escalade de sécurité sont également dotés d’un système de verrouillage qui permet d’assurer leur fermeture. Vous trouverez ainsi des modèles :

  • À vis : très facile à manipuler, ce système est le plus répandu. Il a parfois un témoin de couleur pour vérifier d’un coup d’œil si le mousqueton est bien fermé.
  • À virole automatique : s’il assure une sécurisation maximale, il peut être difficile à manipuler. Cependant, avec une fermeture automatique et plusieurs mouvements pour l’ouvrir, il est quasi infaillible.

 

 

Pour votre dégaine d’escalade, combinez un mousqueton de progression à doigt plein pour votre ancrage et un modèle à fil pour la corde. C’est un bon compromis pour une dégaine d’escalade maniable et légère. Quant à la sangle, il en existe de plusieurs longueurs. Si la taille standard de 10-12 cm convient la plupart du temps, pour les grandes voies, où les points d’ancrage ne sont pas toujours facilement accessibles, une sangle de dégaine plus longue vous permettra d’éviter le tirage.

 

À quoi sert la magnésie d’escalade ?

 

Entre l’effort et la chaleur, les grimpeurs transpirent très vite des mains. Les prises deviennent alors plus compliquées à saisir et l’ascension en est ralentie. En absorbant l’humidité, la magnésie permet de retrouver de l’adhérence.

Vous pourrez ainsi trouver de la magnésie d’escalade en poudre. C’est celle qui est la plus communément utilisée. Vendue dans de gros contenants, elle se transporte dans de petits sacs munis d’un cordon lors des sorties.

Il existe également de la magnésie d’escalade liquide. Ce n’est en fait que de la magnésie en poudre additionnée d’alcool. Son usage est surtout recommandé en salle puisqu’il est compliqué de transporter et d’utiliser un flacon au milieu d’une falaise ou en grandes voies.

Certains grimpeurs préfèrent utiliser une solution naturelle et moins salissante : la colophane. Ce petit chiffon qui contient de la résine de pin est plus souvent surnommé « pof », et s’utilise surtout pour l’escalade sur rochers.

 

Bon à savoir : Magnésie interdite ?
Extrêmement volatile, la magnésie en poudre est de plus en plus décriée par les professionnels de l’escalade en salle. Elle rend en effet l’atmosphère peu respirable et salit énormément les prises, c’est pourquoi certains établissements ont tout bonnement décidé de l’interdire.

 

 

Plus qu’un sport, pour beaucoup l’escalade est une véritable passion. Différents supports et approches permettent de pratiquer cette discipline mais, à chaque fois, le choix du matériel s’impose comme un élément clé pour des sessions réussies. C’est aussi lui qui vous permettra de prendre de la hauteur en toute sécurité. Du baudrier d’escalade aux cordes, en passant par les dégaines et les mousquetons : chacun de ces éléments sera crucial pour grimper en toute tranquillité !

Les trois points-clés à retenir pour choisir son équipement d’escalade :

  • Votre matériel d’escalade doit vous assurer une sécurité sans faille, un maximum de confort et servir vos performances.
  • Selon le terrain, l’escalade peut vous amener à passer de longues heures en hauteur. Pour faciliter votre évolution, cordes d’escalade, baudriers, mousquetons, dégaines d’escalade devront être aussi légers que possible.
  • Pour vous accompagner dans vos sorties, vous pourrez compter sur la magnésie d’escalade qui permet de diminuer l’humidité des mains et de retrouver de l’adhérence