Récit d’une journée de formation : Sécurité neige en ski de randonnée, organisée par le Comité de Savoie des Clubs Alpins et de Montagne. La météo peu engageante de cette journée, nous aurait incitée à rester au coin du feu ou grimper en intérieur, mais notre groupe motivé pour débuter le ski de randonnée voyait les choses autrement.

A 07h30, dans la pénombre et sous une pluie fine, rdv était donné à Chambéry pour covoiturer vers notre destination du jour : Saint François Lonchamp (73). A l’autre bout du massif des Bauges, à Albertville, l’autre moitié du groupe en faisait de même. Après quelques kilomètres et 2-3 lacets enneigés, nous nous retrouvâmes tous au départ pour les présentations et constituer les groupes.

ski_de_rando

Focus sur la taille des groupes :

Dans le bulletin d’estimation du risque d’avalanches (BERA) ou dans les méthodes de réduction du risque, la notion de petit ou grand groupe est parfois mentionnée.

Un petit groupe est composée de 4 personnes ou moins. Un grand groupe l’est à partir de 5 personnes. Lors de notre formation, nous constituerons des groupes de 4 stagiaires et un encadrant 5 personnes.

ski_de_randonnée_ccam_2
ski_de_randonnée_ccam_3

Tous les participants seront obligatoirement en possession d’un pack sécurité : DVA – PELLE – SONDE.

Si l’objectif de la formation est bien d’apprendre un maximum de clefs pour ne pas avoir recours à ces derniers, leur bonne utilisation et leur maitrise seront au cœur de cette première journée.

Selon l’étude du Docteur Brugger parue en 1994, il a été démontré que pratiquement toutes les personnes ensevelies survivent dans le premier ¼ d’heure (sauf en cas de traumatismes graves).

Les chances de survie sont de 91% au bout de 18 minutes passées sous la neige et tombent à 34% au bout de 35 minutes.

DVA : Emetteur-récepteur

Fréquence unique compatible avec tous les appareils (457 kHz). Norme européenne (EN 300718), appliquée dans le monde entier. Tous les appareils vendus depuis 1992 la respectent.

Les modèles fabriqués avant 1992 sont à proscrire, ils fonctionnent sur une monofréquence basse (2,275 kHz), incompatible avec les appareils actuels.

2 types de DVA en circulation

Les analogiques : le signal du DVA émetteur est converti par le DVA en mode réception, en ondes sonores.

Les numériques : Le signal de l’émetteur est analysé par un microprocesseur qui le convertit en indications visuelles de deux types : indication de progression (valeur chiffrée sur l’écran) + indication de direction (diode ou flèche).

Nota : les appareils (téléphone portable, radio, GPS, etc.) émettent des ondes électromagnétiques.

Il peut donc exister une possible interférence entre les appareils électroniques et les DVA en réception.

Un DVA placé en réception à moins de 40 à 50 cm d’un téléphone portable peut donner l’impression qu’il reçoit le signal d’un autre DVA (Les indications reçues ne seront pas aussi régulières et cohérentes que celles données par un DVA en émission).

DVA_Arva_axio_20
BLACK_DIAMOND_BD_GUIDE_BT_BEACON
MAMMUT_BARRYVOX_S_EUROPE

 La portée du DVA

Un DVA R en réception capte le signal d’un DVA E en émission, si la distance qui les sépare est inférieure à une certaine valeur =) cette valeur est appelée portée du DVA R.

Elle n’est pas fixe et dépend de la sensibilité du DVA R et de la puissance d’émission du DVA E.

Elle varie selon la marque, le modèle, l’état des piles ou la température.

La portée dépend aussi de la position des deux DVA R et E.

La portée maximale du DVA est obtenue quand l’antenne réceptrice est orientée dans l’axe de l’antenne émettrice. (Un tel positionnement des deux DVA dans la réalité demeure exceptionnel).

La portée minimale est obtenue quand l’antenne du DVA récepteur est orientée perpendiculairement à l’axe de l’antenne du DVA émetteur.

La portée utile : entre ces deux cas, il s’agit de la distance en dessous de laquelle un DVA en réception capte le signal de n’importe quel DVA en émission, indépendamment des paramètres mentionnés supra (état des piles, t°, position des DVA).

Les autres équipements de montagne : sécurité avalanches

La sonde avalanche

La sonde avalanche doit faire une longueur minimale de 2m40. Elle aide les secouristes à vite localiser les victimes et à savoir l’épaisseur de la neige et la surface couverte. 

La pelle avalanche

Privilégier les pelles en aluminium, car en recherche et sur des blocs de neige très durs, celles en plastique peuvent casser.

Au fait, pourquoi le tryptique ? 

Temps de recherche :

DVA + Sonde + Pelle : 15′

DVA + Pelle : 25′ à 30′

DVA seul : 60′

Vous comprenez vite pourquoi les trois accessoires de sécurité DVA, sonde et pelle sont inévitables lorsque l’on sort des pistes balisées. Avec DVA, une sonde et une pelle, vous êtes parés pour réagir efficacement en cas d’avalanche. Découvrez les packs sécurité avalanche disponibles sur Ekosport

Le moment de rencontre terminé, les groupes se séparent pour réaliser le test DVA en groupe. Le test DVA consiste à s’assurer que l’ensemble des DVA des membres du groupe fonctionnent, tant en mode émission, que réception (recherche).

Il est indispensable de procéder à chaque sortie à un contrôle de ces deux fonctions dans l’ordre décrit ci-après.

Ce test permet aussi de s’assurer que chacun connaît le fonctionnement de son DVA : 

1. Les participants allument les DVA et se mettent en mode position émission

2. Tout le monde bascule ensuite en mode réception (recherche)

3. Le responsable du groupe s’éloigne d’une vingtaine de mètres et bascule son DVA en mode émission

4. Les participants en mode recherche passent un à un devant le leader à une distance minimale de 1 mètre. =) Lors du passage, il est vérifié que le DVA du participant fonctionne en mode recherche

5. Une fois le DVA testé dans ce mode, le participant dépasse le leader et va attendre à bonne distance de ce dernier pour ne pas perturber le test des autres membres du groupe. Une distance minimale de trois mètres est prise entre chaque membre du groupe

Il bascule son DVA en mode émission et le range dans le dispositif prévu à cet effet.

Le DVA ne doit pas être placé dans le sac ou dans une poche de veste qui pourrait être enlevée.

6. Tous les DVA basculés en émission, le leader active le mode recherche de son DVA

(Pour les DVA disposant de la fonction test de groupe, il est opportun de l’activer)

7. Le leader remonte la file de ses participants et s’assure que les DVA des participants fonctionnent en émission et qu’ils sont bien rangés

8. Le leader bascule ensuite son DVA en mode émission et le range dans le dispositif prévu

 

ski_de_rando_ccam

Bon à savoir

Il est conseillé de changer les piles à 70% d’autonomie, il est impératif de ne pas utiliser de piles rechargeables.

Un DVA doit être révisé par le constructeur. Avec le temps, la fréquence du DVA peut se décaler. Il convient de faire réviser son DVA tous les 3 ans (prescription marque ARVA).