Lorsque la passion du grand air nous tient, les sports outdoor peuvent très vite nous amener à passer la nuit à la belle étoile. Si vos prochaines sorties trek ou randonnées vous conduisent à dormir en pleine nature, alors vous aurez besoin d’un équipement de bivouac complet. Tente, matelas, réchaud et popotes de bivouac : voici nos conseils pour choisir votre matériel.

 

Les enjeux du bivouac

 

Après avoir passé une longue journée à affronter des dénivelés importants et des obstacles en tout genre, il est bon de faire une pause pour récupérer. Entre la fatigue physique et la luminosité qui peut rapidement baisser, votre équipement devra être pratique à utiliser et facile à monter, surtout en ce qui concerne la tente de bivouac. Mais, si le soir venu votre confort prime, n’oubliez pas que vous devrez porter votre matériel tout au long de la journée. Il est donc également important de choisir son matériel de bivouac en fonction du poids que l’on pourra transporter sans qu’il ne devienne handicapant. Enfin, pour ce qui est du sac de couchage de bivouac vous veillerez à ce qu’il soit assez chaud et isolant (sans trop vous alourdir), afin de pouvoir bénéficier d’une nuit véritablement réparatrice.

 

 

Comment choisir sa tente de bivouac ?

 

Ce n’est pas vraiment au niveau de la tente de bivouac que vous pourrez économiser sur le poids de votre paquetage. On estime généralement qu’une tente de bivouac doit peser autour d’un kilo par occupant. Un poids de 3 kilos pour une tente 3 places sera donc tout à fait acceptable.

Bien évidemment, une tente de bivouac deux places conviendra à deux personnes. Cependant, avec l’encombrement des sacs de randonnée, elle pourra être un peu exiguë. Et n’imaginez pas un instant laisser votre paquetage à l’extérieur durant la nuit : l’humidité pourrait faire des ravages ! Préférez donc une tente de bivouac 2/3 places, voire 3, pour pouvoir stocker tous vos effets personnels à l’intérieur.

Vous aurez ensuite le choix entre différentes formes :

  • Tente de bivouac igloo : très simple à monter avec ses deux arceaux qui se croisent, elle offre un bel espace de vie, mais peut montrer des faiblesses face au vent. Mieux vaut donc la réserver au bivouac abrité ou à la moyenne montagne.
  • Tente de bivouac tunnel : spacieux et solide, ce type de tente de bivouac vous demandera pas mal d’entraînement avant de pouvoir le monter rapidement. Mais si vous prévoyez de nombreuses sorties en haute montagne, c’est le modèle à privilégier.
  • Tarp : Il s’agit d’une bâche que l’on peut monter de différentes façons. Très légère, elle offre un confort rudimentaire. Ainsi, un tapis de sol sera nécessaire pour une meilleure isolation à terre. C’est un modèle à réserver à l’été et aux professionnels du bivouac.
  • Tarp-tente de bivouac : dans sa version avec chambre, le tarp offre une bonne protection contre les intempéries et les insectes, mais peine en cas de vent. La déclinaison tarp fermé ressemble à une tente de bivouac classique sans tapis, et offre une évacuation de la condensation minime.

 

CAMP MINIMA 3 SL VERTE 2019

CAMP MINIMA 1 SL ORANGE 2019

ULTIMATE DIRECTION FK TARP 2019

VAUDE POWER LIZARD SUL 2-3P CRESS GREEN 2018


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

 

Bon à savoir : les petits plus qui font la différence dans une tente de bivouac
Pour vous assurer un confort maximal, votre tente de bivouac devra avoir un double toit hydrophobe (pour une meilleure isolation contre la pluie et la rosée), des aérations (pour garantir une bonne ventilation de l’habitacle et limiter la condensation) et un auvent (pour cuisiner à l’abri si la pluie s’invite).

 

Les avantages du hamac

 

Pour beaucoup, passer la nuit à la belle étoile implique d’emporter une tente de bivouac. Cependant, pour installer cette dernière, vous devrez trouver un terrain plat et un sol accueillant. De nombreux randonneurs préfèrent donc opter pour le hamac, qui permet d’installer son couchage de bivouac peu importe la pente tant que vous trouvez deux points d’ancrage.

Plus léger et compact qu’une tente, il permet de facilement alléger son paquetage. Cependant, il est tout de même préférable d’emporter également un tarp pour se protéger de la pluie, et une moustiquaire pour les zones humides si vous choisissez cette solution. Enfin, il vous permettra d’être sûr de retrouver, nuit après nuit, un confort similaire.

 

Matelas de bivouac : l’allié confort

 

Si la tente de bivouac vous assure une protection contre les intempéries, elle ne vous isolera pas du sol. Pour dormir confortablement et au chaud, il est essentiel d’emporter un matelas de bivouac avec soi. Trois solutions s’offrent à vous :

  • Matelas de bivouac en mousse : ceux à alvéoles fermées sont plus résistants et étanches. Ils se roulent ou se plient pour optimiser le rangement. Il en existe de différentes épaisseurs, mais ils sont malgré tout moins confortables que les autres modèles. En revanche, ils sont légers et abordables.
  • Matelas de bivouac auto-gonflant : composé de mousse à alvéoles ouvertes, il se gonfle seul lorsque l’on ouvre sa valve qui se gorge alors d’air. Lorsque le processus est terminé, il suffit de le reboucher pour qu’il garde son volume. Au moment de le dégonfler, il faut à nouveau ouvrir la valve avant de le rouler fermement pour en chasser l’air. Compact et isolant, il reste assez fragile et est donc à réserver aux terrains peu accidentés loin des aiguilles de pin et des cailloux tranchants.
  • Matelas de bivouac gonflable : pour une meilleure isolation thermique, mieux vaut opter pour un modèle muni d’un garnissage de duvet ou de fibres synthétiques. Il est livré avec une pompe à soufflet pour un gonflage plus facile, mais qui peut s’avérer tout de même éprouvant après plusieurs jours de marche. Ce type de matelas de bivouac est également plus coûteux.

 


Pour faire le bon choix, prenez en compte la saison à laquelle vous allez partir en bivouac, le nombre de nuits que vous passerez en extérieur et votre budget. N’oubliez pas également de choisir un matelas de bivouac assez long pour vous.

 

Trouver le bon sac de couchage de bivouac

 

Pour trouver le bon sac de couchage de bivouac, vous devrez vous pencher sur ces 6 critères :

 

La température de confort

Sur tous les sacs de couchage de bivouac, trois températures sont indiquées. La température de confort est le minimum auquel une personne de 60 kg ne ressentira aucune sensation de froid en position allongée. La température limite de confort est celle à laquelle un individu de 70 kg recroquevillé sur lui réussit encore à réduire l’impression de froid. La température extrême sera, elle, celle à laquelle un randonneur de 60 kg recroquevillé sur lui risque l’hypothermie.

La saison, l’altitude, l’endroit de votre bivouac, les conditions (tente ou refuge) et la météo (température, précipitations et vent) vous permettront de déterminer la température de confort qui correspondra à votre utilisation.

 

Bon à savoir : n’oubliez pas vos sensations
Pour trouver la bonne température de confort pour votre sac de couchage de bivouac, vous devrez également prendre en compte votre sensibilité au froid et votre niveau d’entraînement. En effet, plus vous serez fatigué par vos randonnées, plus vous aurez froid. N’hésitez donc pas à prendre un modèle indiquant une température de confort plus basse que celle prévue.

 

Le garnissage

Léger, isolant, respirant et compact, le sac de couchage de bivouac en duvet a tout pour plaire. Cependant, même avec un traitement spécifique et une enveloppe hydrophobe et coupe-vent, il reste sensible à l’humidité. Si des précipitations sont prévues, ou pour un bivouac à la belle étoile, préférez un garnissage synthétique. Il sera un peu plus lourd, mais plus protecteur et plus abordable.

 

 

La forme

Léger et compact, le sac de couchage sarcophage a une silhouette anatomique ce qui lui confère une bonne protection thermique. Ils sont par ailleurs majoritairement dotés d’une capuche. Les modèles classiques sont plus évasés au niveau des pieds ce qui les rend plus confortables. Contrepartie : ils sont plus encombrants et moins isolants.

 

La fermeture

Les sacs de couchage sarcophage présentent deux types de fermeture. Vous aurez ainsi le choix entre un cordon unique au niveau de la capuche, ou associé à une collerette aux épaules. Cette dernière permet de garder un maximum de la chaleur du corps sans forcément mettre la capuche.

 

Le poids

A température de confort égale, les sacs de couchage de bivouac en duvet sont plus légers que ceux en garnissage synthétique. Plus vous vous préparerez à un bivouac dans des conditions rudes, plus votre sac de couchage sera lourd pour assurer une bonne isolation thermique.

 

Le volume

Votre sac à dos n’est pas extensible, votre sac de couchage de bivouac ne doit donc pas être trop encombrant une fois compressé.

 

 

Popotes de bivouac et réchaud : les essentiels

 

Impossible de partir pour des randonnées de plusieurs jours sans un réchaud pour bivouac. Il en existe 3 sortes :

 

 

 

À alcool

Il suffit d’enflammer une quantité d’alcool (liquide, gel ou en tablette selon les modèles) et d’attendre que la flamme devienne bleue. Léger et compact, ce type de réchaud pour bivouac n’est pas très puissant et l’utilisation devient calamiteuse en cas de vent ou de pluie.

 

 

 

À gaz

Le brûleur est connecté à une cartouche de gaz. Les modèles classiques sont simples à utiliser, légers et peu encombrants. Vous pourrez également trouver des versions avec popote intégrée pour un meilleur rendement. Par temps froid, il faut utiliser un mélange contenant de l’isobutane ou une cartouche tête en bas assurant une bonne association des gaz.

 

 

 

 

Multi-combustibles

Ils fonctionnent avec différents carburants contenus dans des bouteilles avec pompe intégrée. Il suffit d’en relier une au brûleur via un flexible. Ce type de réchaud nécessite un certain temps de préchauffage et est assez lourd. En revanche, aucun problème pour trouver du combustible ou pour lancer son réchaud de bivouac par temps froid.

 


Les popotes idéales doivent allier robustesse et légèreté, mais il est souvent difficile de tout avoir à moins d’y mettre le prix ! Si l’aluminium est léger, il reste assez fragile. L’inox, au contraire, sera résistant, mais un peu lourd. Reste alors le titane, le matériau idéal pour popotes de bivouac, mais assez coûteux.

 

Pour ensuite choisir les éléments de votre popote, il faudra vous pencher sur vos intentions. Souhaitez-vous juste préparer un thé, réchauffer des plats ou cuisiner ? Pour simplement faire bouillir de l’eau pour du thé ou préparer du riz, une popote de bivouac de 500 ml pour un ou d’un litre pour deux, une timbale par personne et un nombre de couverts adaptés seront suffisants. Un couvercle s’impose également afin d’optimiser le temps d’ébullition de l’eau et d’économiser du carburant.

 

Les accessoires indispensables pour un bivouac tout confort

 

Pour compléter votre équipement de bivouac, les accessoires suivants pourront vous être utiles :

 

Les randonnées et le trek nous amènent souvent à passer la nuit en plein air. Pour que votre sortie ne vire pas au cauchemar, vous devrez choisir un matériel de bivouac parfaitement adapté à vos envies et aux conditions climatiques, et n’emporter que l’essentiel. Une tente accueillante, un matelas et un sac de couchage de bivouac résistants à la fraîcheur de la nuit seront le trio incontournable pour avoir un sommeil réparateur. Quant au réchaud et à la popote de bivouac, veillez à ne pas trop vous surcharger : vous aurez le temps de vous concocter un festin une fois de retour chez vous !

 

Les trois points-clés à retenir sur l’équipement de bivouac :

  • De la tente de bivouac au sac de couchage en passant par la popote et le réchaud de bivouac, votre matériel doit vous permettre une sortie tout confort tout en restant le plus léger et le moins encombrant possible.
  • Pour choisir votre sac de couchage de bivouac, reportez-vous à la température de confort indiquée et n’hésitez pas à choisir un modèle plus chaud si vous vous savez frileux.
  • Les popotes de bivouac n’ont pas besoin de ressembler à des batteries de cuisine. Pour faire bouillir de l’eau et/ou réchauffer des plats, un contenant haut et un couvercle suffisent.

 

5 (100%) 1 vote[s]