Les sacs airbag

Même s’il ne remplace en aucun cas le trio DVA-pelle-sonde, le sac ABS est de plus en plus utilisé et augmentera grandement vos chances en cas d’avalanche. Petit guide pour comprendre son fonctionnement.

Le but, éviter l’ensevelissement

L’un des critères les plus importants pour la survie d’une personne prise dans une avalanche est l’ensevelissement. Les chances de survie diminuent fortement une fois passé les 15 minutes. Un temps infime lorsque l’on sait que selon les situations, c’est également le temps nécessaire pour que les secouristes arrivent pour secourir une victime.
Le Centre de recherche de Davos a ainsi montré que les chances de survie d’un skieur enseveli sont d’environ 50% alors que celles d’un skieur non enseveli partiellement sont supérieures à 97% !
Le sac Airbag est pour le moment la seule solution qui permette de limiter le risque d’ensevelissement et améliore considérablement les chances de survie.

sac-airbag-avalanche

Le fonctionnement du sac ABS

Pour la petite histoire, le principe du système airbag ABS est né dans les années 70, lorsqu’un garde forestier a fait une découverte étonnante. Pris dans une avalanche, il a dû son salut au gibier qu’il portait sur les épaules, car ce dernier lui a permis de se maintenir à la surface de la neige. L’expérience a ensuite été renouvelée avec des conteneurs et des ballons pour augmenter le volume du corps, avec succès.
Car le principe du sac Airbag est bien celui-ci : maximiser le volume du skieur afin de minimiser le risque d’ensevelissement. Lorsque des particules de tailles variées sont en mouvement, comme lors d’une avalanche, ce sont les grosses particules qui ont tendance à remonter à la surface, tant dis que les petites, elles, se glissent sous le corps et le poussent vers le haut.
Le problème, c’est qu’une fois à la surface, la poussée verticale se stoppe et le poids volumique élevé du corps l’entraîne vers le bas. C’est ce qu’on appelle « l’effet noix du Brésil » (effet ségrégation).

 

effet-segregation

Le sac Airbag, une fois déclenché, va permettre d’augmenter le volume du skieur pour le maintenir à la surface. Il faut toutefois savoir que le volume seul ne suffit pas. Le rapport entre le volume supplémentaire et la portance joue également son rôle. Plus la position du skieur est verticale dans une avalanche, plus les forces de traction sont importantes (fort risque de blessure). Il risque d’être bloqué par les couches de neige inférieures et enseveli par les autres qui se superposeront sur lui.

Là aussi, le sac Airbag aide le skieur à rester au contraire, à l’horizontale pour flotter sur la neige au maximum.

Les différents types de Sac Airbag

Si ABS est le premier à avoir proposé ces sacs airbag, d’autres fabricants ont aujourd’hui décliné leurs sacs avec des systèmes différents.

ABS : Le système de déclenchement explose et gonfle deux ballons de 85 litres sur les côtés.
Alpride : Le système est un poinçonnage des cartouches, il est très léger. L’airbag est rond et possède une capacité de 150L.
Snowpulse : Le ballon à la forme d’un U et se déclenche par un câble. La forme est étudiée pour faire flotter le skieur la tête en haut.
BCA Float : Là aussi, le ballon est en U. Ce système mise sur l’accessibilité au niveau du prix et la legerté. Le déclenchement se fait par câble et cartouche à air comprimé.
JettForce Technology : Le petit nouveau se dote d’un système innovant. Le gonflage de l’airbag se fait grâce à un ventilateur qui extrait l’air de l’atmosphère. En quelques secondes, l’airbag gonfle ses 200L de toile. Point positif : le système étant électronique, il peut se déployer plusieurs dois de suite.

sac-airbag-

Il ne protège pas de tout

Le sac airbag, vous vous en doutez n’a pas réponse à tout. Il fait flotter le skieur la tête en avant, qui est alors peu protégé contre les obstacles du type cailloux, barres rocheuses et arbres. De même que si pendant l’avalanche, vous ne perdez pas vos skis, ces derniers vous entraîneront vers le bas…


Laisser un commentaire

A la Une !
A la Une !