• Home
  • Le Matos
  • Suunto Spartan Ultra : Découverte et prise en main par Clément Molliet

Suunto Spartan Ultra : Découverte et prise en main par Clément Molliet

Clément Molliet, notre ultra-traileur du team Ekosport, a testé pour vous la Suunto Spartan Ultra. Le test a été double : lors de ses entraînements mais aussi lors d’un triathlon. Le but, découvrir et prendre en main la Suunto Spartan Ultra dans différentes conditions pour voir ce qu’elle avait dans le ventre. Découvrez tout de suite les premières impressions de Clément :

La découverte de la Suunto Spartan Ultra

J’attendais avec impatience de prendre en main cette montre Suunto, qui semble être une véritable alliée pour ma pratique sportive. Depuis 5 ans, j’utilisais déjà un modèle Suunto, la Ambit 2S, une montre simple et efficace.  La prise en main a donc été simple, quand j’ai reçu cette Suunto Spartan Ultra, dans les locaux d’Ekosport 🙂
Premier ressentie à l’ouverture de la boite : cette montre a vraiment un look sobre et agréable ! Une vraie montre de sport, mais que l’on peut mettre tous les jours sans problème. Une montre très légère et un bracelet vraiment agréable au touché.
La mise en route se fait simplement grâce au branchement USB via SuuntoLink et l’application Movescount. Ayant déjà un profil, la transition se fait automatiquement et mes données corporelles sont transmises à la montre.

La configuration de la Suunto Spartan Ultra

Les différents écrans proposés et la navigation tactile sont très efficaces :

Accueil : Il est possible de configurer sont propre écran d’accueil suivant plusieurs propositions (couleurs, numérique, horloge, altitude, nombre de pas…).  C’est un point agréable qui donne un aspect personnel sympathique.

Exercice : On retrouve ici, la porte d’entrée des modes sportifs proposés par cette montre multisports. On se rend compte de l’ensemble des possibilités que la montre va nous apporter. Un très gros choix d’activités, et le petit plus de la montre: elle garde en mémoire les activités les plus utilisées pour nous les proposer en premier.

Navigation : La possibilité de rentrer des POIs et de s’y rendre simplement en suivant les indications de l’écran.

Journal : Le movescount miniature dans cette montre, un véritable carnet d’entraînement à son poignet. Simple, efficace et regroupant l’ensemble des données importantes.

Chronomètre : Un outil obligatoire dans une montre.

Paramètres : Dans cette fonction, beaucoup plus aboutie que sur mon ancienne Ambit 2S, les configurations de la montre sont simples, c’est ici que vous pourrez configurer votre mode en connectivité avec votre smartphone.

Entraînement : Une nouvelle fois nous retrouvons Movescount dans cette montre, votre journal, la planification d’entraînement. Une fois configuré, un plan d’entraînement est disponible sur l’ordinateur. Il est possible de retrouver l’ensemble des données sur votre Suunto Spartan Ultra, celle-ci vous rappellera à l’ordre comme un vrai coach pour vous donner votre ligne d’entraînement. Un outil parfait et qui est pour moi le gros point fort de cette montre.

Outdoor : Un graphique intéressant montrant l’évolution d’altitude que vous réalisez.

Appli smartphone Suunto Spartan Ultra

Vous l’aurez bien compris, cette montre vous apporte un grand nombre de fonctionnalités et de personnalisations possibles, ce qui comblera tout le monde.

Test de la Suunto Spartan Ultra

J’ai pu tester la montre depuis 1 mois, évidemment la plupart du temps sur des activités en Trail Running. J’ai d’abord utilisé le mode basique proposé par la montre, puis configuré mon propre mode sportif avec les données (Kmh, Moyenne Kmh, températures…). Cette personnalisation est très agréable, car il est possible de choisir le nombre d’écran et la disposition des données que l’on veut plus visibles ou secondaires.

configuration mode sport Suunto Spartan Ultra

J’ai été surpris par la précision du GPS, qui me paraît beaucoup plus efficace que sur mon modèle Ambit 2S, où je retrouvais souvent des écarts en fin de séance.

Test de la Suunto Spartan Ultra en entraînement

L’entraînement, comme vous le savez sûrement, n’est pas simplement courir dans la forêt ! Il faut également mettre en place des séances spécifiques, comme les intervalles. J’avais, dans le passé, souvent des soucis à être précis dans mes 30/30 où 1min, car je passais beaucoup trop de temps à regarder ma montre pour savoir quand je devais attaquer une intervalle.  Une nouvelle fois, une fonctionnalité très intéressante est proposée en amont de la séance. Il suffit de choisir son mode sportif et de configurer la séance d’intervalle désirée. Une fois cela réalisé simplement, il n’y a plus qu’à attaquer son mode sportif. Une fois l’échauffement fini, il suffit de mettre en route le mode intervalle. La montre vous guidera grâce à des vibrations dans votre séance. C’est donc un outil très agréable qui permet de se concentrer essentiellement sur sa séance.

Test de la Suunto Spartan Ultra en triathlon

La Suunto Spartan Ultra est, comme nous l’avons dit, une montre multisport. Début Avril, j’ai pris part au Triathlon de Montagne le X3 à Courchevel. Pas simple d’avoir une trace de l’ensemble de la course quand vous faites un enchaînement de 3 disciplines (Vélo, Trail, Ski alpinisme). Mais la montre à une nouvelle fois tout pensé ! Départ en mode vélo, un simple appui sur le bouton supérieur permet de rentrer dans le mode multisports, de choisir le sport désiré (Trail) et c’est parti pour la course à pied. Une fois celle-ci effectuée, la même démarche permet de passer du mode Trail à celui de ski alpinisme. Cette fonction permet donc, sous Movescount, de retrouver sous une même activité, les 3 sous-disciplines avec leurs spécificités de données respectives.  Il faudra juste un peu d’attention pour penser à faire le changement d’activité.

Ecran accueil movescount Suunto Spartan Ultra

La Suunto Spartan Ultra, un coach avisé

Pour finir, la Suunto Spartan Ultra est donc une alliée de premier rang pour la pratique sportive. Elle rend mes entraînements plus précis, mon analyse pré et post entraînements beaucoup plus intéressante que dans le passé.  L’autre attrait du système Movescount, est la possibilité d’avoir l’ensemble des données sur différents supports : votre ordinateur, votre montre et votre smartphone.

Le petit coup de cœur : la movescount movie sur l’application Movescount de votre smartphone, qui permet de refaire votre entraînement en vidéo 3D.

Il me reste encore un grand nombre de fonctionnalités à explorer ! J’ai hâte de tester cette montre sur les premières échéances importantes de compétitions.

Rendez-vous après le Marathon de Maxi-Race d’Annecy pour un retour Post-compétition.

Sur ce, je dois y aller, Madame Spartan me rappelle à l’ordre et m’ordonne de sortir du canapé pour aller explorer de nouveaux sentiers 😉

 

 


3 Comments

  • jallu

    13 mai 2017 at 8 h 48 min

    bonjour,

    merci pour ce premier retour d’utilisation de l’ultra. j’attends avec impatience le complément après la MaxiRace.
    pour le moment, j’hésite à l’acheter à cause du cout et de la sortie de la Wrist. il y a près de 200 euros de différence.
    je trouve les deux montres très proches pour un usage trail – triathlon.
    qu’en pensez vous ?

    merci

    JJ

    Répondre
    • Justine

      15 mai 2017 at 15 h 05 min

      Je ne connais pas la Wrist qui n’est pas encore sortie, la nouveauté de prise de Fréquences Cardiaques au poignet semble intéressant, surtout si on rencontre des gènes avec les ceintures habituelles. L’une des grosses différences pour moi entre la Spartan Ultra et la Wrist est sûrement leur autonomie, qui chez la Spartan Ultra est beaucoup plus longue. Donc beaucoup plus intéressante sur de l’Utra. La présence également des prises de données barométriques sur la Spartan Ultra donne des résultats plus précis.
      Clément Molliet

      Répondre

Laisser un commentaire