Pelle et sonde : nos conseils

Nos conseils pour bien choisir sa sonde et sa pelle avalanche

 
 
Vous avez décidé d’acheter pour la première fois votre matos de secours en avalanche mais vous êtes un peu perdu ? Nous sommes là pour vous aider ! Avec le DVA (Détecteur de Victime d’Avalanche), la pelle avalanche et la sonde neige sont les deux accessoires indispensables pour skier en dehors des sentiers battus.  Généralement, le choix du DVA est le plus minutieux, pourtant le choix de la sonde et de la pelle doit aussi faire l’objet de précautions pour éviter de perdre trop de temps lors d’une recherche. Voici donc nos conseils pour bien les choisir.

 

 

4 critères pour bien choisir sa sonde neige

 
Petit rappel évident (mais on ne sait jamais), la sonde vous permet de sonder dans la neige à la recherche d’une victime. Généralement grande (2 mètres et plus), elle vous aidera à retrouver plus rapidement la victime. Soyez vigilants sur plusieurs points pour faire le choix d’une sonde neige :

  • Sa longueur : afin de vous éviter de vous plier en deux lors du sondage, choisissez une sonde longue d’au moins deux mètres. La taille standard est aujourd’hui d’environ 2,40 mètres. Vérifiez bien qu’une fois démontée, elle rentrera dans votre sac à dos.
  • Le diamètre : soyez vigilant sur le diamètre de la sonde à neige. Privilégiez-en une à gros diamètre pour éviter qu’elle ne se torde lorsqu’elle rencontre un dépôt dur. Ce n’est peut-être qu’un détail, mais cela peut vous faire rater une victime. En effet, choisir une sonde à neige d’un diamètre un peu plus large lui donnera une meilleure rigidité et la rendra plus efficace en cas de recherche en ensevelissement profond.
  • Système de tension : le montage et démontage doivent être faciles et rapides et la tension optimale. En effet, si elle se démonte à chaque fois que vous la sortez de la neige, vous perdrez un temps précieux. De plus, si elle n’est pas parfaitement rigide, vous risquez de ne pas ressentir correctement la victime que vous recherchez et de manquer votre sauvetage.
  • La cordelette de la sonde : les sondes possèdent généralement une cordelette pour la passer à votre poignet et ainsi l’extraire plus rapidement de la neige. Avant chaque début de saison, vérifiez que la cordelette n’est pas trop usée et ne risque pas de se casser si vous avez à monter votre matériel.
  • Le câble de la sonde : Pour une meilleure rigidité, mais également une meilleure longévité, choisissez une sonde montée autour d’un câble qui en liera chacun des tronçons.

Pour être sûr de faire le bon choix de sonde à neige, n’hésitez pas à la tester en magasin. Par la suite, entraînez-vous de temps en temps à la monter pour être sûr de ne pas être pris au dépourvu en cas de besoin.

Ayez votre sonde à neige à portée de main
Si l’on amène tous notre sonde en espérant ne jamais avoir à l’utiliser, si le moment arrive, il faut être prêt à la dégainer malgré le stress et l’affolement. C’est pourquoi nous vous conseillons de la ranger dans un compartiment facilement accessible de votre sac à dos et, surtout, déjà sortie de son emballage. Ce sera toujours ça de moins à gérer dans la panique ambiante.

choisir sonde avalanche
 
 

Ne laissez rien au hasard dans le choix de votre pelle à neige

 
En cas d’avalanche et de sauvetage, la pelle vous permettra de dégager rapidement la victime ensevelie sous la neige. Elle doit donc être résistante et maniable. Encore une fois, il y a des critères-clés à prendre en compte avant de choisir sa pelle à avalanche :

  • La longueur du manche : de plus en plus de marques vous proposent des manches rétractables, certains ayant également une longueur réglable. Cette spécificité est importante, car la taille du manche joue sur l’effet de levier que vous allez donner pour dégager la neige. Pour les gros volumes de neige, un manche trop petit ralentira donc votre progression mettant ainsi la survie de la victime en danger.

Un manche télescopique pour un sauvetage en deux temps
Choisir une pelle à neige avec un manche télescopique vous permettra d’obtenir une longueur importante pour des premières pelletées de dégagement efficaces avant de passer sur une longueur de manche plus courte pour déblayer délicatement les abords de la personne prise par l’avalanche.

  • La poignée : pour assurer parfaitement la transmission de votre force au godet de la pelle à avalanche, vous avez besoin d’une prise en main optimale. Les poignées ergonomiques ou en forme de « D » sont réputées comme étant les plus confortables. Cependant, sachez qu’il existe des pelles à neige avec des poignées en « T » (plus faciles à ranger dans un sac à dos, car plus petites) ou de « Y ».
  • La matière du godet : une pelle à neige avec un godet en plastique sera, en règle générale, plus fragile. En effet, cette matière ne permet pas de dégager efficacement une victime quand la neige est trop dure. Par ailleurs, elle est très sensible aux très basses températures qui peuvent tout bonnement la faire casser et aux UV qui peuvent la fragiliser si vous ne la rangez pas à l’abri du soleil l’été. Il est donc préférable de choisir une pelle équipée d’un godet en métal, car il sera plus tranchant. Vous pourrez même trouver des modèles traités pour améliorer leur dureté et leur longévité.
  • Les bords du godet : vous gagnerez du temps si vous pouvez intensifier votre pelletage avec votre pied, en le mettant sur la pelle. Évitez de choisir des pelles à neige à bords fuyants et choisissez plutôt un godet métallique avec des arêtes bien marquées pour vous faciliter la découpe de blocs de neige.

choisir pelle avalanche
 
 

Quelle technique adopter pour un pelletage efficace ?

 
C’est bien beau d’avoir une pelle à avalanche, mais encore faut-il savoir s’en servir ! Une fois la victime repérée à l’aide de la sonde à neige, laissez cette dernière plantée dans la neige. Décalez-vous d’environ 60 cm vers le bas de la pente. Avec les personnes qui vous accompagnent, formez un V avec une personne à la base du V (là où la sonde est plantée) puis deux personnes se faisant face sur les bords de la lettre imaginaire, puis un autre duo, etc.
Ensuite, il faut évacuer la neige dans la pente. La personne la plus proche de la victime creuse donc à la verticale et envoie la neige vers l’aval puis le reste de la chaine l’envoie le plus bas possible tout en élargissant la tranchée.

Plus la victime sera profondément ensevelie, plus il faudra creuser un trou large. Pour maximiser les chances de réussite de l’opération de sauvetage, chaque personne doit se relayer pour prendre la place du premier homme : c’est lui qui fournit l’effort le plus intense et il peut vite s’épuiser. Quand vous approchez de la victime, allez-y plus délicatement avec votre pelle à neige et dégagez les voies respiratoires. Enfin, isolez-la du froid et bougez-là le moins possible en attendant les secours.

 

Voilà, vous connaissez maintenant les principaux conseils à retenir pour choisir une bonne sonde à neige et sa pelle à avalanche ! Si le trio gagnant DVA + pelle + sonde pourra vous aider en cas d’avalanche, n’oubliez pas cependant qu’en hors-piste, même parfaitement équipé, rien ne vaut une extrême vigilance !

Découvrez nos produits sécurité et tous nos conseils sur les sacs airbags ici.

 

Les trois points-clés pour bien choisir sa pelle et sa sonde à neige :

  • Choisissez une sonde à neige bien haute pour ne pas trop dépenser d’énergie dans la première phase des recherches ;
  • Votre pelle à neige doit vous offrir une bonne prise de main pour déblayer efficacement ;
  • Entrainez-vous au moins une fois par saison à monter votre sonde et à creuser avec votre pelle pour être sûr d’être prêt en cas de besoin.

 

credit photo : Ortovox
 

5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

A la Une !
A la Une !