Apprendre à évaluer le risque d’avalanche

Avec l’arrivée il y a quelques jours de la neige, le risque d’avalanche est marqué voir fort dans une majeure partie des Alpes. L’occasion de faire une petite piqûre de rappel pour évaluer le risque d’avalanche. Comment estimer les différents niveaux ? Qu’est ce qu’il faut savoir pour bien lire un bulletin d’avalanche ? Voici quelques réponses.

1. Le BRA

Pour aider les skieurs, chaque station met à disposition un BRA, pour Bulletin d’estimation du Risque d’Avalanche. Cet outil d’aide à la décision vous permettra de connaître les conditions actuelles de la neige et du massif concerné. Il est créé par Météo France en collaboration avec les pisteurs nivologues de plusieurs stations.

Sur le BRA, vous trouverez :
– Un indice de risque : de 1 à 5,
– Les orientations les plus dangereuses (Est/Ouest/Nord Est…),
– Une évaluation de la hauteur de neige hors piste et de la neige fraîche,

Et enfin une analyse du manteau neigeux (effets du vents, différence de températures, couche fragile).

Les données que vous retrouverez sur le BRA sont facilement compréhensibles. En revanche, beaucoup se trompent sur l’interprétation des indices :

Indice 1 : Risque faible. Les conditions sont bonnes, le risque est faible et une grande majorité des itinéraires sont possibles.

Indice 2 : Risque limité. Les conditions sont favorables, exceptés pour les pentes très raides, à éviter.

Indice 3 : Risque marqué. Beaucoup pensent que le risque est moyen. Ils ont torts. Un risque 3 vous obligera à bien réfléchir sur l’itinéraire que vous souhaitez prendre, à analyser spécifiquement les différentes pentes et expositions. Le manteau neigeux est instable et différents types d’avalanche peuvent survenir.

Indice 4 : Risque fort. Ce quatrième palier indique que le manteau neigeux est instable. Il est de ce fait préférable de choisir des pentes peu raides et encore une fois, de bien choisir son itinéraire.

Indice 5 : Risque très fort. Le plus haut palier est atteint avec le risque 5, qui traduit de nombreux départs d’avalanche. Si l’indice 4 doit vous inciter à renoncer ou tout du moins à prendre le minimum de risque, l’indice 5 quant à lui déconseille TRÈS fortement le hors-piste. En bref, le message ne peut être plus clair.

À retenir : Werner Munter, un guide et expert  nivologue reconnu estime que le danger d’avalanche potentiel, double d’un degré à l’autre. Un risque 3 est donc 4 fois plus élevé qu’un risque 1.

2. Votre analyse sur le terrain

 

Lire et comprendre le BRA c’est bien, l’appliquer et choisir une stratégie une fois sur le terrain, c’est mieux.

La première étape est celle de l’observation. En haut de votre itinéraire, regardez les différentes possibilités de trace que vous avez et le degrés de pente. Soyez également vigilant aux dômes, plaques et ruptures de pentes qui paraissent suspectes afin de les éviter.

 

Le bruit est également un très bon indicateur (le « woom » émit par la neige traduit l’affaissement d’une couche de neige en profondeur, le manteau est donc très instable).

 

Pour finir, les fissures et les vibrations sont également des indicateurs importants pour choisir votre itinéraire. Évitez les larges pales de neige qui surplombent une barre rocheuse, elles s’avéreront dangereuses en cas d’avalanche ou même d’une simple coulée.

 3. Communiquez

Soyez sûr de l’expérience et du niveau des gens qui vous accompagnent. Il est très important de communiquer ensemble avant de débuter votre descente pour expliquer votre itinéraire et choisir ensemble différentes échappatoires. En fonction du niveau de risque, des avalanches peuvent également se déclencher sur des pentes éloignées, mais vous menacer aussi. Soyez toujours vigilant.

4. Equipement : DVA, pelle et sonde

 

Votre DVA est obligatoire pour toutes sorties en hors-piste, cela doit devenir un vrai réflexe pour vous. Le DVA (Détecteur de Victime d’Avalanche) est un appareil émettant un signal et vous permettant de retrouver ainsi une victime rapidement sous une avalanche. Qu’importe le model ou la marque, tous les DVA communiquent entre eux sur une fréquence de 457 kHz.

équipement avalanche dva pelle sonde

Lorsqu’un signal est trouvé, il faut alors sonder la neige afin de localiser précisément la victime, pour pouvoir ensuite la dégager à l’aide de votre pelle. Le trio DVA-Sonde-Pelle est donc indispensable pour trouver puis dégager le plus rapidement possible une victime.

Dernier conseil : 

Renoncez quand il le faut et restez humble face à la montagne. Si vous ne le sentez pas, ne prenez aucun risque.

 

5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

A la Une !
A la Une !